La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Comme un petit pincement au cœur …

 

 

L’amitié fusionnelle m’ouvre ses ailes. Elle réveille ce fœtus endormi trop tôt. Ne me reste plus qu’à cramponner un arbre mort et saisir cette branche  à la sève folle. Un sentiment, une main qui me répudie et me dit reviens !  Eh oui j’ai mal aux tripes depuis mon enfance … Et à présent mon âme mendiante qui réclame ce baume et ce poison. Ce cyanure qui  autrefois m’empoisonnait veinules et artères. Je suis juste une petite artiste de banlieue au cœur de bohème. Sans artifice, un pichnocio aux ficelles désordonnées, elles sont trop emmêlées, je m’entrave ! Eh pitchoune ! Ta Fanfan elle te fend le cœur mais laisse toi faire, c’est si bon ! L’affection ça se grignote à deux … Une larme coule le long de ma plume et devient écriture de rédemption où mes blessures se meurent peu à peu. Une gomme efface l’ébauche d’un visage faite au crayon à papier, mine HB, hachée, broyée … Douze années se sont écoulées, non ce n’est pas comme une étoile filante. J’ai une mine de  papier mâché, mon taille crayons est usé.  J’espère que cette dernière encre versée sera indélébile.

 



14/09/2012
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres