La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Conte féerique.

 

Souffle le vent et vacille l’arbrisseau, valsent les violons …  Mes persiennes claquent me violentent, battent des ailes comme mes paupières … Les musiciens vespéraux me forcent la marche, guident mes pas de danse, un vers Morphée et l’autre vers la trinité. Amen et bouge tes pieds … Sur la croupe de mon bel étalon, la chevauchée fatale, oh fais attention à tes sabots ! Ferré de la veille par ton maréchal, surveille tes arrières  moi j’ai Pétain au derrière  et je rêve au galop, les ferrés d’une reine dans mon sac à dos.

 

 



22/12/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres