La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Des gouttes d’heure ...

988348_534099910017187_318460121_n.jpg

 

Il y a des jours où le temps m’enivre et le souffle de la vie erre sans bruit ... Seul juge de mes matins, une ruelle dans la nuit, un train dont les phares ne s’éteignent pas. Á jamais ma main sans une craie, fusain de ton visage au lointain, les battements de mon cœur comme de petits vauriens traînent sur ton chemin, liseré sur les nuages. Tu me jouais du piano debout, j’étais ta note, tu étais mon dos, j’étais ton dièse, tu étais ma liesse, j’aurais  voulu être l’héroïne de ta mélodie. 

 

big_artfichier_94307_1194516_201209101702736.gif



06/11/2013
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres