La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Déteste-moi au point de t'aimer.

1461036_694622630631580_532365229139503029_n.jpg

 

 

 

Un cormoran pour un corps mourant, batelier du temps, viens je t’emmène dans cet endroit où on a le droit d’être fou, où le blues  est sans rendez-vous …  De toi à moi je nous aime. Et mes yeux restent flous et je prie à genoux … Á demi corsaire, pioche de misère, de première de cordée au dernier clocher, une mousson sur les lèvres, la lèpre d’aimer m’est fidèle. Une dernière gorgée de miel, l’abeille fut cruelle. Du pollen à l’hydromel, notre fièvre ambre mes cernes. D’un geste de paupières à faire pâlir tous les marquis de Sade, à trahir la vigne et le raisin, je suis celle qui te revient.  Entre  mes cils tamis de sable se consume le clapotis de tes doigts sur ma peau. Les prunelles flottille sans drapeau, se laissent trahir mes mots,  la montée des eaux, mes larmes en rappel, la nuit en amazone.       

 

 

 

 

 

big_artfichier_94307_1194516_201209101702736.gif
   



25/10/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres