La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Druidesse.

 


 

 

Un petit rayon de nuit pour sabrer l’ennui,  dans le puits du temps saluer la marquise  du crépuscule d’un toit aux vielles tuiles qui se tortillent sous la pluie battante. Frisson de parapluie,  l’eau qui vous dégouline dans le cou, on se sent gouttière … On voudrait être fer à repasser, pour défroisser un peu le voile de nos paupières repasser la bande annonce de ce bon vieux film en noir et blanc de nos vingt ans … On retourne s’asseoir sur les bancs du préau de notre école pour retrouver la classe, même aux termites on fait la chasse. La grisaille colore le visage, passage de nuages entrelacés de gris et de mélasse. Les lacets dans les flaques ont comme des petites ressemblances avec les cordelettes d’une marionnette. Le diable ouvre grand les fenêtres de son théâtre d’ombre et de misère. Le merle siffleur à toujours son air moqueur sous le feuillage du village des sept nains   On s’arrête un  instant au troquet du coin, un petit café, un gargarisme de bonne volonté, allez à demain, on verra bien si le ciel ne fait plus la gueule aux bons samaritains.  

 


      



29/05/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres