La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Éclat d’une nuit.

10462832_645319998895177_3345872012198803398_n.jpg

 


 

Pétales d’amandiers,

souffle du crépuscule,

nuit fuyante,

la vie hulule. 

Aube ivre dans mes veines,

je l’attends au pied

de l’alcôve rose,

écrire sur son corps

des vers en proses,

ses monts en fleurs,

ses collines soyeuses,

nectar exotique dans ses fontaines.

Elle se réveille les lèvres asséchées

au cœur du poème en rose,

la rosée humecte sa bouche en fleur,

un doux nectar coule sur ses terres fiévreuses.

Elle absorbe les étoiles en rêve,

ses lèvres tâtonnent

cherchant la source et la douceur.

Pétales de coquelicot, joues brûlantes,

enflamme les troncs,

priant le ciel

un doux chant sur les bords de la nuit

que seule la lune entonne.

Éclairant les murmures entre les biens heureux,

et malheureux

de voir s'enfuir le rêve,

de voir virer le rose,

de s'éteindre les violons

à peine la nuit éclose.

La soif est là, terres asséchées

les nuages sont loin,

tremble un guéridon,

à quatre mains

terminer un poème,

chemin à gorge de bohème.

Souffles confondus plaisir suspendu,

au fond des gorges

il est descendu.

La flamme attise

les corps s’enlisent,

jeux interdits,

hantises de fruit défendu,

pommes rouges de mon paradis

qu'Aden eut cueillies.

Corps enlace ombres dansant la nuit,

femme blanche sans éclairci,

turbulences d'oiseaux de nuit.

Femme douce sur mes rivages pousse,

s’enlise derrière l’horizon.

Un beau soleil se couche,

ambre de couche,

La nuit amendée épouse

quelques vers et pieds endormis,

une trêve,

les doigts engourdis,

accord,

fourmis de papier,

mendier.

 

 

Poème écrit à deux cœurs  avec Abdellah Louaradi

et big_artfichier_94307_1194516_201209101702736.gif

 




11/06/2014
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres