La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Elfe de porcelaine.

 

 

 10665110_702034546557055_4131007861576352583_n.jpg

 

 

 

Les larmes automnales s’envoilent,

 

ragots de saisons.

 

Les fleurs s’effeuillent, 

 

s’heurtent,

 

feuilles mortes,

 

et s’endort

 

fagots d’automne,

 

la mononucléose des roses.

 

Dans tes longs cheveux se tresse l’ambre

 

et le pourpre dans le ciel de septembre

 

s’enchevêtre rideau métissé de soleil

 

et de pleurs d’octobre.

 

Sur tes épaules,

 

châle

 

les chiots de novembre,

 

s’attardent

 

et dardent

 

un collier de chanvre.

 

Le printemps imberbe

 

sur tes ailes déployées,

 

noyé dans l’horizon,

 

fait le guet,

 

voile de muguet.

 

La caresse d’un givre

 

aube de décembre,

 

fuseau d’ange,

 

t’habille de son cortège.

 

C’est posé sur tes yeux,

 

un chariot de lèvres

 

les baisers des dieux.

 

Et la nuit ose, foulée,

 

te fouler

 

petit brin d’herbe

 

sous ses pieds,

 

et à sa demande 

 

tu prends la pause

 

petite poupée épiée

 

sous la douane des étoiles. 

 

 

 

big_artfichier_94307_1194516_201209101702736.gif

 



24/09/2014
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres