La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Être pour ne pas être...

 

 

 

charcot-dans-la-hune2

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes matins lilas blanc, chemin des jours anciens, à la resquille de tes lèvres mendiante d'amour ma bouche à touche-touche de ta joue. Draps de soie, vogue matelot aux impertinents flots, mon chandail et son credo et une chandelle au trémolo... Traceuse de grève ma main sur ton épaule égrène tous ces ports où s'esquissait la houle du marin. Le rondon de tes pas, brouillon d'océan...

 

 

 

 

Sur le port d'Amsterdam,

il y a des marins qui crèvent

et roulent leurs bières 

tous ces matins sans grève,

écluses de leurs sanglots 

jusqu'à leur mise en bière.

 

Au râle incertain des veuves

au destin sans bien,

sur le port d'Amsterdam,

laisse pisser le marin.

 

Toutes ces gueules d'amour 

à l'écho des flots,

attendent un nouveau jour.

 

 

J'entends au lointain la mer veule,

crayonnage en miroir

deux mains et un mouroir,

vagues sans âge

et mes yeux

n'emportent plus en voyage qu'un mirage,

pour tout péage un signe d'adieu. 

 

 

 

 

 

 

RachelDésir

 

 

 



05/09/2019
13 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 29 autres membres