La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Un soupçon sous l’agonie …

10562951_732963633464146_1548596269744140655_n.jpg

 

 

 

 

Je grappillais au temps le reflet d'un angélus. L’aurore sous une robe  pourpre se déshabillait, novice d’un négligé au ton pastel. Une main ingénue naissait peu à peu de ce paysage au brouillard croisée  automnale où se dessinait l’horloge de ta présence, carillon de bonheur. Sonnaient rêveurs les farfadets du clocher de ton cœur. Un brouillon de cœur, funambule se chamaillant entre l’été indien et les matins d’hiver pont tremblant. Guillotine d’un souvenir lointain mes prunelles s’entremêlaient medley  d’un chant de lune à la tristesse de Colombine. La mandoline des jours las guinchait  accompagnant ballerine de rosée ma première valse.    

 

 

 

 

 

 

big_artfichier_94307_1194516_201209101702736.gif



24/11/2014
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres