La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Flemme de verve.

 

 

 

Un petit poème de bohème,

 

quelques vers qui roulent dans mes veines.

 

Des rimes qui ne veulent pas rester célibataires

 

alors elles écrivent je t’aime.

 

Elles aiment ventre à terre,

 

dans mon cœur des baisers de lumière.

 

Dans mes yeux, le vol d’une hirondelle,

 

j’en perds le Nord.

 

Ah la jolie demoiselle,

 

mon jupon vole au vent !

 

J’attends gaiement,

 

la lyre du poète.

 

J’entame le chant des sirènes.

 

Ma plume ondoie  d'ores et déjà,

 

plume d’oie.

 

La plume aux doigts,

 

mon verbe pantois, 

 

je dois

 

faire la quête.

 

Bretelle,

 

ma vie en bandoulière,

 

la route

 

d’une écolière,

 

sans cartable

 

mais musette

 

sous le bras,

 

ma muse désuète,

 

je gamberge,

 

frêle berge

 

d’orphelinat,

 

musique de célibat,

 

misère !

 

Je blasphème,

 

fièvre de l’or,

 

règne de renégat,

 

ma page vierge.

 



03/01/2013
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres