La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Fleur pieuse.

 

247623_344410568986123_1044198409_n.jpg

 

Le vent dépose sur ma peau les promesses du temps, les faiblesses d’aimer. Tous les bateaux des yeux font naufrage quand les larmes deviennent flot, sur mes cils inondés de pleurs, le salin d’un été, unique témoin d’une mélancolie de satin. Quand ma bouche déploie la grand’voile sous le ciel étoilé de l’âge d’or, le firmament s’endort emportant dans un linceul la lune drapant l’aurore. Morphée amidonne la main de la veuve éplorée et s’emmaillote l’enfant le cœur esseulé. Que nulle lumière n’avorte  dans mes cheveux le caprice des dieux. La blondeur d’une mèche  aumône à mon cou, rivière de diamants s’écoule dans les plis de mon corps les mouvements de l’amour. Les sillages  de la mer, coquillages abandonnés sur le sablon  froid, la marée basse de l’âme, déferlantes  d’astres morts que mon cœur n’ose cacher. Donnez-moi un navire à son grand mât s’accroche la vie.

 

 

big_artfichier_94307_1194516_201209101702736.gif



09/10/2013
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres