La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Geste de vie …

 

 

 

Souffler des poussières de vie,

 

mes veines sans bruit,

 

timbre d ‘une vie

 

caressant ma peau,

 

embrassant ma chaire,

 

sceau d’un corps à souffle

 

sous scellés, 

 

tremble oripeau …

 

Cerbère de mes entrailles,

 

des sentiments échoués

 

achoppent mon intimité.

 

Ma conscience ancre,

 

raillerie de mon encre,

 

ma plume mouille

 

et

 

se raille.

 

Un train de vie divague sans rail

 

et

 

se fraie mon chemin,

 

un voyage sans bagage.

 

Paysage de vertiges

 

épié  des yeux tristes

 

d’une  vitre fantôme,

 

d’un wagon paysagiste,

 

baladin  d’une vie

 

où s’accroche une main

 

et déserte un destin.

 

Un tramway de nuit

 

défile

 

et

à minuit comme à midi,

 

une belle assoupie

 

s’enfuit.



16/08/2012
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres