La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Hymne à l’enfance.

 

10645314_707371562690020_1170804415540728676_n.jpg

 

 

Dans tes yeux d’éther se meurt l’enfer, mon enfant, ma bohème. Un sourire de fièvre d’enfant sur tes lèvres.  Son enfance, sa bohème, la pâleur du verbe aimer, fossette sur sa joue, sans joug. Elle aime comme une enfant, une autre bohème ... Tes pas foulent d’autres pas, mes cent pas dans la foule sous mes prunelles, sentinelle. Quelque part un quai mouillé  où mes sanglots ont échoué, s’est posé sur ma main l’oiseau-lyre aux ailes ivres, it’s beautiful.  Les lèvres desséchées laisse moi t’aimer au parfum de la vie, jolie môme.

 

 

 

 

big_artfichier_94307_1194516_201209101702736.gif



05/10/2014
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres