La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Je ne suis pas un prophète !

 

Une tendresse lointaine me brûle un peu les yeux … Attendre éperdument une caresse salutaire, sainte Marie je vous emmerde ! Veuillez me pardonner mais je ne suis qu’humaine ! Mon ventre fut fécond et non immaculé ! Je  ne peux comprendre  une  relation angélique …  Pardonnez moi mon Dieu de n’être pas votre enfant … Ma mère me porta l’utérus en lambeaux ! Elle s’est égratignée et j’ai sucé sa peau … J’ai happé son sang  et pansé sa chair ! Je pense à présent à cette lavandière, les doigts gelés dans ce  vent de février 1956 … Non je n’étais pas encore née mais elle m’a conté qu’il fallait briser la glace juste pour tremper les couches souillées de ma sœur … Notre père vous qui êtes aux cieux, bénissez moi et vous me bénirez  encore parce que je pécherai encore et à nouveau, amen ! De la cruauté des sentiments je suis l’incendiaire ! Je me laisse dériver dans mon incroyance à ne plus croire en personne et en rien je crois que je deviens croyante des meurtrissures de l’existence …  Les feux follets du corps de mon père me hantent, lui ce n’était le bon dieu pour se délier ainsi du fruit des entrailles de cette sainte  femme au fœtus triste !



24/04/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres