La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Joli matin …

 

L’aube se lève … Dans le brouillard un poète regarde ses rêves … Sur son fil à linge durant la nuit il a écarté des vers, des pages et des soupirs, les sanglots de son âme gigotent, funambules. Les épingles en bois craquent sous le poids d’un poème. Le linge encore humide attend le zéphyr pour caresser ses fibres. Fébrile morceau de lin, il tend ses bras vers cette étendue, l’écrivain ! Il a étendu tous ses dessous … L’air frais lui humidifie ses yeux et perle une larme de poétesse. La fringale des mots nourrit son esprit, son corps faiblit, dévêtu par ses rimes, mise à nu, ses vêtements restent suspendus en espérant une main pour les défroisser, les plier ensuite ils seront rangés dans une vieille commode. Ils rêveront, endormis à une reliure d’or, à une couverture en couleur.

 



02/10/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres