La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

L'amant apprivoisé.

 

 

0_dcc52_da38b9a4_orig.jpg

 

 

 

 

 

 

Des accrocs sur sa veste, des primevères à la main, il était assis sur un de ces bancs publics où frissonne la nostalgie des va-nu-pieds... Il avait le cœur SDF, la fièvre gourgandine des quatre chemins. Dans sa prunelle toutes ses caresses de bohémien valsaient précieuses au petit matin. Un petit bon dieu des années 30, musette au vent... Venise, Capri, Vérone, Paris et tant d'autres, il avait le flegme de ces charmeurs baroudeurs, d'écluses en quais ne jamais ouvrir la porte d'une église simplement froisser sa chemise et repartir. Chapelet de larmes tout au long de ses sentiers, de la brume à perte de vue... Toutes ces valseuses de champs de blés, dormeuses au lointain, toutes ces lunes fugitives, tous ces soleils sans lendemain. Puis il y eut ce sourire d'une petite provençale, ce grain de beauté enjôleur niché au creux de ses seins, la chute de ses reins comme un appel au chien errant... Drapeau blanc sur son flanc gauche.

 

 

 

 

 

 

 

 

signature_1.gif

 



25/01/2018
12 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 18 autres membres