La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

La grande bleue.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

199b2d97.gif

 

 

 

 

 

 

 

Le temps passant,

ponton une migraine au levant,

lie une bouteille à la mer

hiéroglyphiques d’une misère,

cherchant le vent caressant,

la prunelle orpheline

sous l’aube d’une capeline.

Roses

et ruban rose

marque-pages

de quelques lignes

où se meurt la vigne,

sous sa pèlerine de bruine,

  elle gémit …

Tourbillon de magie

la vague lui conte une autre vie,

au loin effigie

s’enfuit l’algue  marine.

Marine,

tes yeux sont si bleus

à mille lieues,

sans salin sur tes cils.

Matin d’une eau vive,

la brise câline ta joue,

du sablon, éprise, ta chevelure joue,

ivresse de l’ive.

Á marée basse,

une île,

échos sur les marais salants

des sanglots à contre-courant,

le voilier du grand  large,

tes paupières hissent la grand-voile

jolie dame d’une valse.

Et toi Marine tu souris,

et du bout des doigts, mage,

se dessine un avant-toit,

un après lui,

un avant toi sans lui,

éphéméride de l'avent.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

big_artfichier_94307_1194516_201209101702736.gif

 

 

 

 

 

 

 

 



22/10/2015
11 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 16 autres membres