La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

La virée de mes mots.

10178107_615906931836484_594046563735751442_n.jpg

 

Elle ne veut plus s’arrêter au bord des tranchées qu’elle a déjà creusées, soldat du verbe aimer. Elle ne veut plus s’attacher ça fait trop mal quand ça se défait. Á pelletée légère reboucher les fossés, le cœur plein de terre, ses volutes de fumée  a cappella  te font chapeau bas l’artiste.    

 

« Je t’avais écrit une petite bafouille mais l’encre s’est renversée sur le papier … Ce n’était qu’un brouillon, un chiffon de mots pour dépoussiérer une conne seule …   Oh pardon ! Mes consoles, à grandes foulées c’était comme si mes voyelles avaient des ailes … Ah les fourberies de Scapin ! J’en ai cassé  le talon de mon escarpin ! » 

 

10014954_615895585170952_5885869179456650271_n.jpg

 

Juste le  temps en rafale, la balade de ton souffle, caresse en intermittence, le pourpre de tes lèvres en incandescence, mes cheveux s’entrecroisent, des baisers à grandes enjambées, j’en ai le cœur illettré à fouler le verbe, sabre d’une illusion. De mes ailes aviron, batelière d’horizon, gondolier sur le ponton sabre ma passion, des gorgées de Venise, sa bruine cendrée sur la peau. Laisse encore un peu respirer l’osmose  de nos regards …

 

 

big_artfichier_94307_1194516_201209101702736.gif

 

 



16/04/2014
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 24 autres membres