La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

L’après …

 

 

 

Étendue sur le sable chaud, fin et doré, un traître maquillé tout contre ma peau. Les vagues m’ont appelée, transportée, bercée puis apaisée. Le cri de l’eau, je sentais le souffle de papa me caressant les jambes, j’aurais voulu pouvoir plonger tout au fond, canaliser ses pensées, le corriger, l’aimer puis lui donner le baiser d’adieu et remonter à la surface, l’esprit soulagé. Au matin, une vieille auberge abandonnée, un chien errant dans mon panier avec l’envie de l’achever. Les astres et tous les  saints de ma mémoire flanchent. Flagellée par l’oubliette de mon enfance, les oubliés d’un  dû  où les sentiments se dégrafent, un vieux corsage sur le plancher à la broderie ancienne.  Une musique désuète  d’arpèges voyageurs, langage sourd du bruit de l’eau, une partition à demi muette, un désarroi à capella, les maux d’une migraine, gangrène de mes veines me ronge encore un peu …   

 

 



22/07/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 19 autres membres