La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Poudrins du temps.

548467_515902498503595_986125540_n.jpg

 

 

 

Mon âme couchée sur la nappe d’automne fouille dans les feuilles, couche  où ma plume décrypte les dictons d’octobre. Sur les nervures d’un saule pleureur se dessine la belle d’ombre. De l’aube à la dernière aurore, elle maquille son cœur, du bleu dans les yeux pour baptiser l’ambrée d’un soleil couchant. Un peu de pourpre au bord des lèvres pour décorer sa bouche fleur de mélancolie. Un corset serré sur seins galbés emprisonne les tumeurs de son   cœur au repos. Ses cheveux d’or embrasent les cieux, une mèche  blonde pourlèche le firmament, le loup de l’été posé sur son front, diamant bleuté ou se perd une saison. Virevolte une dernière louange, papillon aux antennes furibondes, mât brisé d’une colombe échouée. N’ayant  pour tout horizon que des larmes séchées  se dérobent vent et marées d’un matin apprivoisé, le potron-minet se mire dans l’océan tiédi. D’un salut de  mitre, les dernières grappes de raison échevellent les cèpes de vigne. Le vin sera bientôt tiré et la pêche plate endoctrinée par les cris du raisin, se déshabille, sa cape de velours, tapis de vignerons où  s’agenouillent l’aumône du bon dieu. En prière les genoux  écorchés, les Apollons  laissent renaître en paix les jouvencelles de printemps,  leur peau cendrée, vol d’hirondelles, leurs ailes mimeront dans la prairie des astres, l’éclosion des infidèles marguerites.

 

 

 

  big_artfichier_94307_1194516_201209101702736.gif

 


 

 

 

 



01/10/2013
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres