La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Le bateau ivre …

Tangue la vie, graduel incessant, j'attends tant de pourquoi ? Trame de nuit, duel désobligeant, j'entends tout de moi … Sombre l'envie, rituel enivrant, je prétends quoi ? Siège l'ennui, bordel intransigeant, je ressens en toi, quelque chose de déroutant. S'étiole en moi une drôle de bestiole … Bouleversante chose sur le boulevard de ma conscience où s'évapore à demi somnolente l'odeur macabre d'une rumeur morte. Guète d'un château branlant, tremblent des murs innocents et guette impudent un ciment blanc qui façonne les remparts de ma destinée. Un regard aîné m'invite dans sa folle farandole, un henné colore mes yeux d'un rouge feu … Mille feux carambolent au creux de mon âme pour s'éteindre sanguinolents comme coule une herpe musicale et tragédienne. Ils seront bientôt mes feus souvenirs.

 



17/05/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres