La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Le chut de mon ancre et chute mon encre.

 

 

Je vis à l’arrache mais je reste une grande sentimentale.

 

Je suis déserteur d’un monde sans romance.

 

D’un peuple aux mille silences où se meurt l’amour cérébral.

 

Les épaves des sentiments oubliées longent les fossés de la vie.

 

S’entravent les passions  et se creuse la crevasse de l’oubli.

 

S’enclavent les regrets voraces et se fardent de faux visages.

 

Elles jouent  à cache-cache les larmes des poètes.

 

Vaste dessert d’innombrables pages blanches où geint

 

la triste mine de vers assoupis comme une catin

 

abandonnée sur le bord d’un trottoir

 

comme un rêve aléatoire,

 

planent les rimes mystérieuses

 

d'une aphasie pleureuse.

 

Rieuses collégiennes d’une verve endolorie,

 

les gueuses  de l’ennui s’endorment

 

aux portes du paradis.

 

 



11/08/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres