La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Le même chemin ...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ma petite graine de chemins, de ce tout petit rien tu entraînes ma main. Tes pas bohémiens seront les miens. Trois épis de blé, mon oiselet, un cœur, un corselet, mes heures ciselées de ta prunelle dorée. L’automne déploie ses ailes orangées flibustier de nos promenades estivales mais il existe un val  où la vie n’en finit pas de fleurir … Là dans la paume de ta main, grand-mère a perdu son loup, au bout de tes lèvres le lever d’un jour qui n’en finit pas de blondir. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

big_artfichier_94307_1194516_201209101702736.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



16/10/2015
8 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 16 autres membres