La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Le parcours d'un vaurien !

 

reflets



 

 

 

J’ai tant mordu nos draps que leurs fibres s’en souviennent … Dans mon monde sans âge où toutes les lois se font chiennes s’est peint un horizon de noir et d’illusions, de mauvais rêves, de verbe en colère ! Se fond le chant d’un poète au creux de tes reins brûlants. Comme une  marée noire se déversent les sens d’une autre religion. C’est le saut de l’ange au milieu de tes seins où tous ces saints deviennent des moins que rien. Je suis partisan d’un culte à scandale, des sandales aux pieds je parcours l’infime abîme de ton corps assoiffé. Je suis fantôme  quand de ton corsage s’évadent des cris de trahison.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 





25/05/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres