La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Le petit train …

 77356825_o.gif

 

 

 

 

 

Un morceau de bohème,

petite chose

que l’on voudrait éclose,

ivre dentelle de la rose.

Ce quelque chose

mononucléose

de jouvencelle des champs,

d’un jouvenceau chantant.

Un petit penchant

quand reviennent les glaneurs

une torche au cœur,

l’ivresse des fleurs,

les champs de blés

et le temps,

la blondeur de l’aurore,

le couchant blet

marcheur au dehors

sans orgueil.

Valseuse dormeuse

ma main dans la tienne,

nos doigts torsadés,

les valses de Vienne

valsent meneuses,

des pas de danse

à quatre temps,

cette danse, 

un, deux, trois,

une toile,

un, deux trois,

une aquarelle

un, deux, trois, quatre

et le temps entortillé,

farfadet,

un chevalet sans son peintre.

Quelques larmes de papier,

un rêve déshabillé,

petit trésor enfoui,

memory.

Remember,

un déshabillé de poème

forever

notre seuil.

 

 

Un souffle,  une angine de poitrine, j’ai beau faire des pieds et des mains.

Rien ne vaut un quatrain.

 

 

 

 

big_artfichier_94307_1194516_201209101702736.gif

 



18/12/2014
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres