La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Lettre à Élise ...

 a8618d80.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

Et le temps quatre lettres en rappel, h, i, e, r, et novembre resquilleur glaneur  et les jours livreurs incertains de fleurs. Tu restes cette tendre aquarelle où ton cœur a dessiné quelques battements, l’ivresse d’un pastel. La lettre à Élise, tout s’en va et tout revient … Requiem infidèle, sur tes lèvres le dernier solfège. S’évaporent en fièvre  tes larmes trémières fuyantes sur tes joues. Le primaire  inaccessible saison originelle, ne reste sur ta peau qu’une ébauche printanière où tes prunelles feuilles mortes détiennent l’embrun des lignes de ta main. Je me faisais bourgeon claironnant le printemps quand dans ta couche je naquis. Ce goût de miel d’un lange déposé, insouciante permission d’un nectar  de rosée délecté. J’ai tant aimé la broderie du lait de tes seins, nacre de mon destin. J’ai composté jusqu’au dernier train ce billet de vie. Me semble si loin ce berceau vaurien, dentelle de bohème,  chevalet …

 

 

 

 

 Lettre à ma mère.

 

 

big_artfichier_94307_1194516_201209101702736.gif

 

 



03/12/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres