La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Merveille de vie !

 

Tu es ma tendre mélodie, ma rivière  où ruisselle un petit quelque chose qui prend beaucoup de place. Les hirondelles et hirondeaux  nidifient dans notre jardin, brindilles de printemps au firmament. Tu es valse  d'été où  les violoncelles valsent, rondo de  nos sentiments. Tu es ma tonnelle où se brise le vent de tous ces gens qui s’indiffèrent d’où vient le rêve. De notre mélopée, tu es la bouche et j’en suis l’oreille. L’âme béate j’entends tes notes posées sur  les touches d’un piano rose, les blanches et même les  noires en sont les roses de ma vie. Tu es le  bûcher où se calcinent le temps et ses chagrins … Tu es berceuse d’émois et moi je suis insolence de bohème...   Mais ça ne fait rien, allez viens, là au creux de mes bras, écouter mon cœur qui bat.


 



29/05/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres