La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Mon dieu. Mon cœur … Quel baratin !

 

 

1380771_514156768678168_959536490_n.jpg

 


 

Il y a le parler du cœur, le palais des petits et grands bonheurs, il y a le corbillard  des gros et des grands malheurs. Hurleront toujours des haut-parleurs de beaux parleurs. Il y aura toujours des silences et des maux parleurs de cœur, le silencieux du cœur et son haut-parleur, le silence pieux, le pieu du silence,  pieu du cœur et  le silence cieux. Il y aura toujours un prêtre et un pécheur, une bonne sœur et une catin. Il y a aussi la mauvaise parlotte du cœur sans écouteur, le râle de l’âme, la bonne parole du bon chrétien, le cœur sur la main. La main sur la rampe du cœur pour aller s’asseoir sur ses gradins et converser avec son prochain. Flambée de bûcher d’âme, brame du soir, fleur de jardin ou rose de chagrin, filet de rosée ou filin d’arlequin, chacun son banc d’âme, bang du cœur, la houle du cœur sait te faire l’amour. Tu fais la roue ou bien la moue. Laisse l’amertume dans son tiroir, fil d’un rasoir. Le porteur de larmes sait dénicher le brave esclave, clochard au bord d’un trottoir ou la belle au grand regard. Le prédécesseur sentimental, le pressentiment, le dentellier d’horizon, les percepteurs de l’impôt du cœur  ressentiment et boniment, il y aura indéfiniment la gantellière aux doigts de charbon, la  princesse aux beaux jupons  et tant pis si on a mal au cœur, le tournis de l’âme car monsieur le monde vous êtes  ainsi fait de joies et de peines.

 

 

big_artfichier_94307_1194516_201209101702736.gif

 


 

 



21/10/2013
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres