La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Mouvement de lune.

10338830_624155841011593_6689740654802881498_n.jpg

 

Me suis évanouie,

pétales en cortège,

le cœur sur la grève,

la rose

et puis sa fièvre.

Me suis réveillée vierge.

 

O ! Fragile bohème,

la senteur d’un je t’aime

te fait plier les ailes,

bruisser des lèvres.

 

Et la nuit

aube sur ta peau,

sur le lobe de minuit,

bénit un simple rameau,

la paix sans sa colombe,

l’olivier s’y oppose.

 

Un marin

m’avait

promis

sa main,

me tendant

un brin de jasmin,

le bleu de l’océan

dans ses yeux,

les pages d’un roman

accrochées au firmament,

je me suis élevée sirène

sur la plage sereine.

 

Mais sa voile,

blancheur incertaine,

se fit sombre

tissu en guenille,

embrun de vanille

à vingt mille lieues

sous la trombe.

 

Et tanguent mes paupières

sous la peine,

veules et solitaires,

mes larmes vagues blêmes

sous les jupons de la mer. 

 

L’avé

d’un vaurien,

me suis sentie

page de quelques instants.

sous l’ombre

de ses mots roses,

me suis endormie

morose.

Me suis envolée Chimène

ailée d’un requiem,

amen. 

 

 

big_artfichier_94307_1194516_201209101702736.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



03/05/2014
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres