La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Orphelinat de vie.

 

 10478114_649939705099873_2388723433693638508_n.jpg

 

 

 

Trop fatiguée pour attendre l’attente,

la rose se meurt latente. 

Á l’aurore se perle

en goutte de rosée

l’impatience

à son chevet.

Virevolte la patience

papillon  apprivoisé.

Appris, voisé, 

le temps passé,

quelques mesures,

un présent joué,

sève veule,

un futur

au lever

élagué d’un soleil

à la marche funéraire,

solstice d’hiver,

l’effeuillet d’un seuil.

 

Enfance maltraitée des baisers sur des ailes, une rue sans son chien ce n’est pas une rue. Une rue ramasse toujours un chien perdu. Que serais-je sans toi ? Un monde défait … Frimer sur le bord d’un trottoir, mes rêves effeuillés …  Je voudrais converser avec mon âme des délits de mon cœur, rimer mes défaillances en douce poésie, l’effeuillage d’un train, d’un chemin au bord des matins. 

  

 * Effeuillet, effeuilleuse j’ai préféré inventer mon mot poétique de mon monde baladeur. 

 

 

 

 

big_artfichier_94307_1194516_201209101702736.gif

 


 

 

 



19/06/2014
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres