La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Perle de temps …

J’aime cette femme à la beauté surprenante et temporaire qui me fait vivre et qui trépasse lentement dans un taudis sans musique mais aux mille lumières ! Ces jours à la fois maudits et lumineux, tellement éphémères que les ténèbres en perdre la tête ! Et parlent des pas de danse, danse un témoin prétentieux, clignotant insolent d’une vie qui geint en intermittence. Archive d’un d’oubli de lune où se laisse damner la partition insoluble d’un rayon de soleil souffreteux. Ni dieu ni démon n’osent s’aventurer dans ce linceul auguste. N’est qu’humble le mouvement perpétuel d’un balancier perpendiculaire, ardoise en cour d’instance, une instruction injurieuse sans relâche. Court instant, courte instance sans insistance, non assistance  aux personnages de mes mots en danger, mes maux râlent bleus, mémorables !  Flèche transversale d’un thème astral douteux où doutent eux, derniers arbitres accoucheurs.  Á couche, heurts sonneurs où suffoquent la témérité, t’es mère et irritée !

 

 



24/06/2012
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 19 autres membres