La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Plagia …

 

 

Je suis malade mais je vis … Toutes mes insomnies ont le même cri de pantin de nuit. Je suis sans appui … Pour moi tous les cafés ont le même goût ! Excuse moi Lama de te plagier un peu … Mais ça fait longtemps que je ne fais plus la java ! Mon vingt ans crache sur moi, juste une petite allusion à l’animal …  Moi je lui ai offert toutes les perles de pluie du pays de ma poésie … Brel, il ne me quitte pas mon passé, fille d’Éole, bagage du temps, née du vent. Je suis gosse sans vie. Édith, sacré piaf, prends moi sous ton aile, ça fait longtemps que ma cuisse n’est plus légère. Mon hymne à l’amour devenu prière noctambule. Je hurle le jour et  je prie la nuit. Je suis môme perdue. Les sanglots longs de ma mémoire brêlent mon existence à mon livre tsigane, pages sans âge de mon âme. Tous les Jacques de ma jeunesse médissent les pleurs de mon enfance et éditent ma destinée qui défile sans bruit. J’écris sur le fleuve de l’ennui, tous mes soupirs, la fesse molle mais le cœur qui jouit. Je suis malade mais en vie.

 

 

 

 



23/11/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 19 autres membres