La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Pluie de vie ...


 

 

Au jardin de mon cœur,

 

j’ai dégrafé les épines.

 

J’ai cueilli l’aubépine,

 

elle a brûlé au loin,

 

de ses cendres

 

tu as éclos

 

en rose de mon chemin.

 

D’un battement de cœur,

 

mon cœur,

 

tu as parfumé mes aurores,

 

gouttes de rosée,

 

huile essentielle

 

sur pétales fanés.

 

Mon chagrin

 

devenu jasmin,

 

éclaircie  du ciel,

 

tu naquis immortelle fleur

 

embaumant tous mes matins.

 

Moi fragile romarin

 

contre les rudesses

 

de l’hiver,

 

primevère 

 

tu m’as offert la tendresse

 

de tes paroles

 

comme un  tendre baisse main.

 

Á tant attendre

 

le parfum de l’ivresse,

 

c’était refermée la corolle

 

de ma poésie,

 

luciole de l’envie.

 

En diamant solitaire,

 

veillaient mes mots.

 


 



16/07/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres