La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Sève silencieuse.

 

pour demain.jpg

 

 

De pleurs en épines, glissent sur ton visage des pétales pâles. Réglisse d’enfant sur tableau noir, rosée du temps, trousse d’écolière, une mèche de cheveux blonds, deux roses séchées, de vieux souvenirs, voilà ta gibecière  sur le cadastre de la vie, se fond sans bruit une prière. S’élèvent un rêve, un cri, d’un crucifix tout s’oublie. Une envie se languit d’être valse de Vienne, ailes de goéland, fente de firmament, une rose, un poème, musique tzigane dans le creux d’une oreille, s’enlace une bohème, une larme s’enfuit, ne viennent les mots, mes sanglots au repos. Une main coulisse sur un piano lisse, des doigts bénissent quelques notes, une gerbe soumise se morfond dans le chœur de notre église. Une craie crisse sur une ardoise, les hiéroglyphes éteints d’un alphabet défunt, chef d’œuvre d’une eau dormante, soupçon d’angélus sur un autel sans religion, ivrogne d’un je t’aime. Une crise d’asthme, apnée de mon âme, excès de fièvre d’une envie dans tes veines, se dégrafent insouciantes les fleurs de mon cœur.

 

 

 

big_artfichier_94307_1194516_201209101702736.gif

 


 



27/09/2013
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres