La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Veuve noire.

 

 

 

 

1229997_610594628993487_1811485945_n.jpg

 


 

 

 

En mes larmes nourrir le matin chagrin et déposer le dernier baiser drakkar du temps, j’entends Chopin, notes abandonnées. Un air d’autrefois et les valses de Vienne s’effondrent, sournoises et longicornes. Mon âme brame, longitude colombe, dans son lange d’ailes froissées. En ton âme poupée de chaire, en mon cœur accroc de chair, le brouillon éphémère de l’été se dénude. Laisse la fièvre s’étouffer un peu comme une chaussure usée.  Laissons les lignes de notre main écrire à notre place sur les pages du destin. Je n’entends même plus le chant de ton violon, le grincement des roues de ta roulotte … Et se draine  bohème inachevée à l’orée de mes rêves, la chasse à la drenne. Et se traîne la paresse de mes sentiments poème ivre.

 

 

big_artfichier_94307_1194516_201209101702736.gif

 






14/09/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres