La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Silhouette enjôleuse.

 

 

 

 

 

Oh que je vous aime traîtresses caresses

 

comme une danse éclose

 

vous valsez

 

sur ma peau farandole,  parallèle prière

 

d’une impudique fièvre,

 

un bord à bord de lèvres incurables

 

dans l’ombre de mes cernes,

 

jouvencelles voyageuses

 

vous voguez

 

dans mon âme oiseuse

 

et incertaine,

 

puériles et joueuses,

 

vagabondes et guerrières.

 



12/02/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres