La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Songe d’une vieille mariée.

 

Sur un rayon de lune,

 

la nuit cligne de l’œil

 

et nos rêves s’abouchent.

 

Reviennent

 

les valses de Vienne.

 

Le beau Danube azuré

 

ouvre grand ses yeux.

 

Flirt malicieux

 

entre flot et terre,

 

un goût de miel

 

sur ma bouche,

 

l’alizé de tes lèvres

 

caresse mon souffle.

 

Le bleu céruléen me donne la fièvre,

 

celle d’une couche céleste,

 

nos draps soufflent,

 

joyeux et  lestes.

 

Je m’émerveille,

 

nos soupirs déambulent

 

acrobates d’oreiller,

 

mon corps joue à la guerre,

 

valeureux chevalier

 

sur ton torse enjoué.

 

 


 

 

 

 



29/04/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres