La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Prose au pourpre du poète.

 

 

Fusil à l’épaule mais tendre au cœur, en miel se déverse ma poésie. Ta bouche est un poison mortel, tes lèvres ont le goût de cyanure. Quand chaque verset  au creux des tes reins devient un poème, le drain de l’amour me parcourt en silence. S’éveillent les bontés de ma couche, s’allongent mes courbes, poudre des anges entre les seins, ma peau, mèche des sens. Tes doigts tremblent, caresse du pauvre, sous ta paupière s’effondre l’essence d’Adonis.    

 



19/03/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres