La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Un doigt sur le clavier.

 

 

 

Les sans abris de mon cœur,

 

des oubliés sans rancœur,

 

eh je t’aime la vie !

 

Abeille qui  butine

 

sans bruit,

 

mon corps

 

et mon esprit.

 

Un chœur

 

et je naquis.

 

Aumônier de gouttière

 

de mes rêves aigris,

 

s’abandonne ma prière,

 

chat rampant

 

sous ma lumière,

 

guet-apens

 

sois la paix

 

et ma louange,

 

tu m’éventres

 

et je souris.

 

Je te pourlèche

 

ma rage assoupie,

 

mon livre de chevet,

 

derrière mes volets,

 

tu es gifles d’insomnies.

 

Dans mon lange attendri,

 

je vieillis,

 

une canne en appui,

 

une bise d’ennui,

 

bras de fer

 

contre la vie.

 

De mon premier cri

 

à mon dernier délire

 

je t’aimerai ma vie

 



29/12/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres