La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Un soupçon de cendre.

 

 

 

 

 

 

e4fff80106f44c605fe2a5de1af95fd9.jpg

 

 

 

 

 

 

Avec ma majesté de débraillée je garde tous nos silences au fond du cœur. Et sous l’incontinence d’un moment je larmoie femme-enfant. Et aujourd’hui je te fais la manche  de nos gestes d’antan, fais-moi l’amour en sous-bois. De cette belle au bois dormant j’ai la larme joyeuse, danseuse de la beauté du diable.

 

 

 

Et sous un voile s'enfuit le val dormeur ...

ô ! Franc-maçon  impuissant sous une bruine de carton.

Á la voile, sonneuse,

sous un écrin de verre la veuve joueuse.

ô ! Haillon de saison

bas de laine de la pauvre Hélène,

d’un caressant jupon oraison à tâtons

à en perdre haleine sous l’aine,

la douce mousson.

Et brume jouvencelle,

s’estompe l’aquarelle,

floraison de fleur

entre prunelle et lèvres

à touche-touche de fièvre.

 

 

 

 

Quelques rimes délibérées de ma poésie libérée.

Dans les pieds j’y perds pied. 

De mes belles-lettres myrmécophiles suivez le fil.

Un parchemin à y perdre son latin, palimpseste,

ma prose libertine brime les lignes

et fige mes interlignes et se coagulent mes vers,

j’en peste rage de page blanche.

 

 

 

 

 

 

 

https://static.blog4ever.com/2006/01/94307/pri_5289825.gif



16/12/2015
9 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 17 autres membres