La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Á Daniel ! Poème dédié a un ami défunt …

 

 

J’ai la nausée, n’ose haie du ciel.

N’osez point me mentir !

Cela me ferait vomir et non dormir …

On la croit muette et sourde mais est elle parlante et partante.

Elle est migraine et se fait entrailles.

On la croit sûre elle n’est que plume de lune.

Elle est gaieté puis larmes de mendiante.

Elle est île  de beauté puis rires demandés.

Elle est vedette et devient carpette.

Comme un trépas qui essuie mes pieds.

Elle est guinguette  coquette

puis rase moquette.

On la croit pieuse elle n’est que trompeuse.

Comme une écume qui suinte de ma bouche écluse.

Elle est fière puis dénudée d’orgueil.

Elle est chaire valsant sous mes orteils.

Elle m’est chère puis charognard de ma chair.

Elle est lumière puis bandeau devant les yeux.

Elle est remorque des cieux.

Elle est poème puis prose jonchée de mots morts.

Elle est coffre-fort puis porte où se défenestrent mes maux,

tord-boyaux

de mon esprit !

Tore

elle rembobine la vie.

Tumeur,

tu meurs

ou

tu vis,

mœurs de vie.

 

 

 



30/06/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres