La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Á toi mon amie qui pleure …

1695158943.gif74809872.gif

 

 

Enfant cocaïne bourgeon éclaté d’un sommeil de papier, Ô ! Joli mois de mai au cœur de muguet fatigué. 

Dans la nuit  jeunette s’en est allée, liserés pourpres aux poignets, les langueurs du bonheur d’une poudre blanche, le blues en dédicace, les lignes d’une main d’une asthénie de cœur. Offrir une fleur quand un jardin s’éteint. Le gris d’un Noël, un poème clandestin  qu’on écrit sur la grève …  L’éternité d’une larme ballet de jouvencelle au pas de danse avorté. La prunelle ballerine, d’un vol de paupière  a  fugué, d’un  battement de cils a contemplé le Sud.  Le lac des cygnes, bruissement d’ailes, elle a eu chaud, aube à la dentelle éternelle, elle a eu froid en déshabillé de soupir, belle au bois dormant. Seulement lui faire un signe de la main, chandelle gelée de doigts craquelés …    

 

 

L’amitié est une canne sur laquelle le cœur s’appuie où l’âme se plie en sa poignée et se fait pommeau d’intimité. Où sur le long de  son fût glisse la peine pour n’être plus que le verbe être conjugué  au passé simple, à la troisième personne du singulier, elle fut.

 1695158943.gif

* Texte dédié aux parents esseulés par le baiser blanc d’un judas, déposer ses larmes de janvier en décembre dans un panier d’osier  brodé d’ailes blanches.

 

1695158943.gif

 

big_artfichier_94307_1194516_201209101702736.gif

 

 



11/09/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 28 autres membres