La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Écrin de faïence.

 

Une louange

 

dans le cœur,

 

l’âme en pleurs,

 

suffoque

 

l’écran

 

du bonheur.

 

En noir et blanc

 

s’interroge

 

la rancœur.

 

Mille regrets

 

tourbillonnent,

 

virevoltent

 

les fleurs

 

abandonnées

 

d’un été

 

tourmenté.

 

Une main

 

geint,

 

caresse

 

une photo

 

jaunie,

 

un morceau

 

de papier,

 

un bout

 

de carton.

 

Un anneau

 

de cérémonie

 

gît.

 

Un vieux

 

souvenir,

 

un lieu

 

qui soupire,

 

un sourire

 

qui sait mentir.

 

Un tout

 

devenu vie

 

de chiffon.

 

Dorment.

 

les flonflons

 

d’un bal

 

résonnent

 

au loin

 

le mot

 

besoin.

 

L’envie

 

de jouir

 

dans des draps frais.

 

De se réjouir

 

dans une couche plus gaie,

 

ne plus faire le guet

 

devant un porche d’église.

 

Á la bouche

 

un bâton de réglisse,

 

les pensées

 

sans accises,

 

glissent

 

la pâleur

 

de

 

l'enfance,

 

la sentence

 

 de l’insouciance.

 

 

 



06/10/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres