La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Charme vénitien.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pascal Chove 5.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

S’étouffe le temps au souffle de soldat, ta main tendre tendue voile blanche. Le vent d’autan resté à quai, s’essouffle la souffrance d’une robe blanche. Un petit coin de paradis d’un brin de nostalgie et flirte la vie sous le temps à la dérive. J’imagine les heures cruelles au comptoir de la vie, j’image ce cortège de larmes d’un soufflet de prunelle. Ô ! Douce dentellière sous ton corsage de lavandière se tortille un petit bout de sein … Un cœur automne à la main, où t’en vas-tu filandière, fille de rivière. 

 

 

 

 

 

 

 

 

big_artfichier_94307_1194516_201209101702736.gif

 

 



11/11/2015
12 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 16 autres membres