La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Elvire.

 


 

Et valse

 

sur l’ombre d’un soir,

 

ton regard,

 

cils de satin

 

balayant le matin.

 

Et danse paupière,

 

enfante dans le noir

 

la valse du chagrin.

 

Et chante

 

iris blanc

 

crayonnant dans le vent

 

la rivière du temps.

 

Et balbutient

 

sourcils,

 

Ra,

 

vie de nuit

 

où dociles

 

s’effeuillent

 

mes rêves

 

peuple de trêves

 

au creux de ma main.

 

Et pleure

 

douce larme,

 

râle de mes draps,

 

vogue myriade des heures,

 

du grand large

 

au loup solitaire.

 

Et soupire

 

ange

 

destinée d’elle,

 

où butinent

 

printanières

 

les belles hirondelles.

 

 Et sommeille

 

le cœur en éveil,

 

nova éternelle.

 

 

 




07/05/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres