La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Filin d’aube.

Zia.jpg

 

 

 

Te souviens-tu, mon ami, de ces champs de blés, l’amour à l’infini, la mousson d’un jupon … Un violon geint, une robe à l’ancienne, ritournelle et dentelle, passerelle d’arpèges où nous faisions les pitres. Graver sur un pupitre un chant d’amour, des notes libertines susurrées à l’oreille de nos draps, de nos lèvres mendiantes d’un bourgeon à l’aurore. De nos yeux nous effleurions la rose sous le regard badaud du temps pupille. Nous retrouverons notre moisson à l’âge des blés d’or, une valse et tourne un guéridon.

 

 

 

big_artfichier_94307_1194516_201209101702736.gif

 



18/08/2014
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres