La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Goutte à goutte.

 

 

Mes larmes un matin de décembre ont effleuré tes cendres, un fou souvenir, fièvre vipérine au bord d’un jardin.  Je reste l’élève d’un soir où mes lèvres ont goûté ton poème. Chaque page à son chemin, chacun de tes vers sont au creux de ma main,  chacune de tes rimes sont  les mots de mon destin.  Je suis l’écolière d’un rêve caché au fond d’un tiroir  au capiton  de satin  des pleurs d’un adonis, pantin de réglisse.

 



11/03/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres