La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

La déraison du poète.

 

 

bh.jpg

 

 

 

Je privilégie une ramette d’instants en vie à des soupirs à bas débit d’un cœur blet. La vie est épi de blé  quand  elle me bouscule coup de pouce au petit matin, glaneuse de soleil.  Quand au crépuscule égreneuse de glas elle me donne son pouce pour sucer mon chagrin, dans ma gibecière s’écueillent quelques souvenirs, et fugue sous appentis s’esseuille la vie. Un devoir à l’encre d’effacer ce brouillon. Quand fillette rimette ma plume, mon cœur s’enfuit, la misère c’est si gris. Au chalet du bon dieu chialent mes lèvres sous le châle de tes yeux, toi le poète défunt ici gît ta muse en un déclin de papier. Ne fut qu’une rime insoumise la pâleur de mes vers sous ta blanche pupille quand frémirent mes paupières  blancheur de l’hiver. Sous la môle de l’ennui les hurlements d'un haut chien, un noir et blanc s'essouffle à plus poumon.     

 

 

 

 

 

 

signature_3.gif



04/05/2015
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres