La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Les aveux d'une plume …

 

Hebergeur d'image

 

Oh ma muse, anime encore en moi des rêves innocents.

Que sonnent des jours meilleurs de nos noces d'argent.

Oh toi ma fille qu'enfante la joie.

Oh toi ma divine qu'engendre ma loi.

Toi mon œuvre charnelle qu'enjôle ma détresse.

Toi ma larme spirituelle qu'innove ma faiblesse.

Moi ta princesse moqueuse, qu'une gifle me ramène à la réalité !

Moi ta mère trompeuse, qu'une lame m'emporte vers l'éternité !

Moi le poète farceur, je niche au creux de tes reins. Que s'enflamme de pourpre ta croupe incendiaire !

Moi le diable joueur, je dors au creux de tes seins. Que sursaute d'envie ta verve nucléaire !

 

 

 



22/03/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres