La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

L’éveil …

 papillons

 

Une pente douce bercée d’une tendre insouciance,

je me laisse glisser sans doute, inconsciente.

Une rivière sentimentale,  joyau de mon âme s’étale, m’encombre en toute conscience.

Le doute s’estompe lentement, la patience réclame.

Le rêve s’installe, l’impatience s’exclame !

L’innocence d’une trêve, la mer se calme.

Les tumultes d’une désinvolture s’estompent au loin …

Le sourire de l’existence sans bruit me rejoint.

Mes rides sur des rimes, je blâme ce silence.

Mes rires sur mes larmes, je frôle l’excellence.



31/03/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres